Un coup d’accélérateur bienvenu en septembre - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Marché

Un coup d’accélérateur bienvenu en septembre

2 octobre 2019 1.060 0 0 0 | By Mehdi LAABOUDI

https://www.wandaloo.com/files/2019/10/MARCHE-SEPTEMBRE-2019-AIVAM-STATISTIQUES-VENTES.jpg

Après une série de contre-performances, le marché du neuf s’est rebiffé en septembre, enregistrant une progression de 9,16 % en mois isolé. Une fin de course en boulet de canon est-elle envisageable ? Eléments de réponse.

Depuis le début de l’année, c’est avec une pointe d’appréhension que nous consultons les statistiques de ventes de véhicules neufs que fait parvenir à notre rédaction l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Heureusement, la fin de l’été et le début de l’automne ont été particulièrement doux sous nos latitudes pour les constructeurs. Une reprise assez vigoureuse des ventes a été constatée au cours du mois de septembre, avec pas moins de 12 847 véhicules immatriculés, ce qui représente une hausse de 9,16 % par rapport aux volumes enregistrés en septembre 2018.

L’avis de tempête décrété ces derniers mois est donc levé. Pour le moment. Casser le trend baissier : Check. Maintenant, afin que le présent exercice fiscal échappe au fiasco annoncé, il faut enchaîner avec un bon dernier trimestre, finir l’année en boulet de canon.

Car, au cumul des ventes, si les temps de passage sont moins bons que l’année dernière (régression de 8,57 % par rapport aux neuf premiers mois de 2018), il convient de rappeler que le marché a signé quatre records annuels des ventes consécutifs. Ne pas pulvériser cette année le record établi en 2018 ne saurait être assimilé à une crise.    

Dans le détail, c’est le véhicule particulier (VP) qui a cédé le plus de terrain cette année, avec un total de 104 369 unités écoulées, soit un repli de 11,25 % en glissement annuel. Mais la performance a été positive en septembre (+7,01 %).

Malgré des volumes de ventes moins importants, le véhicule utilitaire léger (VUL) sauve la mise : 12 494 immatriculations depuis le 1er janvier et une progression de 22,3 % en glissement annuel.

La locomotive Dacia

A l’est, comme à l’ouest, au nord ou au sud de ce pays, rien de nouveau : Dacia est toujours solidement ancré à son piédestal de leader sur notre marché.

Si le recul de ses ventes est plus important que celui du marché en glissement annuel, de l’ordre de -11,62 %  (31 305 immatriculations contre 35 421 un an plus tôt), c’est la performance commerciale enregistrée par la Logan et son clan durant le mois de septembre qui a permis au marché entier de sortir la tête de l’eau : 3 326 immatriculations, contre 2 437 en septembre 2018 (+36,48 %). A ce stade de l’année, Dacia s’octroie une part de marché (PDM) VP de 29,99 %.

En ce qui concerne la seconde place du Top 10 des ventes, on reste dans la famille avec Renault, qui a capté une PDM de 14,7 % et enregistré 15 344 immatriculations à l’issue des trois premiers trimestres de 2019, soit une baisse de 7,18 % en glissement annuel.

La troisième marche du podium est occupée par un autre constructeur français, implanté industriellement sur notre marché lui aussi, Peugeot, qui a écoulé 7 607 véhicules à ce stade de l’année, progressant ainsi de 7,22 % par rapport à la même période en 2018.

En mode chasseur de lion, Hyundai se classe quatrième, avec 7 249 immatriculations, ce qui représente seulement 12 unités vendues de plus par rapport à septembre 2018 (+ 0,17 % et une PDM de 6,95 %).

Cinquième, Volkswagen perd du terrain dans la course au podium : volume de 6 586 ventes, en recul de 22,67 %. Tout l’inverse de Citroën, en « pleine bourre » depuis le début de l’année : 5 712 immatriculations et une croissance de 25,57 % en glissement annuel.

Fiat se classe septième, pour sa part (4 272 immatriculations, soit un repli de 32,63 %, Toyota huitième (3 350 unités vendues, en baisse de 13,19 %) et Nissan neuvième (3 089 ventes et -37,95 %).

Enfin, c’est Ford qui occupe le dixième rang avec 2 829 immatriculations, ce qui représente une chute de ses volumes de ventes de l’ordre de 49,59 % par rapport aux trois premiers trimestres de 2018. Opel et Skoda ne sont plus très loin avec respectivement 2421 et 2401 ventes enregistrées depuis le début de l’année.  

Fortunes diverses dans le Premium

Au sein du segment premium, la bataille continue de faire rage entre Mercedes et BMW. Le premier nommé a écoulé 242 véhicules particuliers en septembre, soit 24 de plus que le second - et 13 de plus qu’en septembre 2018.

La marque à l’Etoile s’empare ce faisant de la tête du Top 10 des ventes cumulées, avec 1 914 exemplaires écoulés, contre 1 910 pour le leader du mois dernier, BMW. Nul doute que ce chassé-croisé se poursuivra jusqu’à la fin de l’année.

Il convient de noter que les ventes des deux constructeurs précités, comme celles du troisième de ce Top 10, Audi, ont rebondi en septembre par rapport aux chiffres enregistrés au cours du même mois l’année dernière : +2,18 % pour Mercedes, +35,4 % pour BMW et + 3,95 % pour Audi. La chute demeure conséquente au cumul des ventes par rapport aux trois premiers trimestres de 2018, cependant (-12,76 %, -6,74 % et -12,21 %).

Quatrième du classement premium, Jeep a connu un bon mois de septembre (125 ventes, contre 110 un an plus tôt, soit une croissance à deux digits (+13,64 %), mais sa performance annuelle demeure dans le rouge (1 124 unités écoulées, ce qui constitue un repli de 7,94 %).

Son poursuivant, Land Rover, a vendu plus de véhicules en septembre (139 immatriculations) et grappille donc du terrain (Response ?) sur Jeep. Ceci étant, la marque anglaise en a perdu beaucoup trop depuis le début de l’année : 1 073 exemplaires écoulés depuis le début de l’année, contre 1 852 à septembre 2018, soit une contre-performance de -42,06 %.

Pour sa part, Volvo a enregistré un net rebond des ventes sur un mois isolé (99 ventes, contre 73 un an plus tôt). Cela lui permet d’améliorer de près de cinq points sa performance commerciale annuelle (de -8,21 % à 3,34 %) et de creuser son avance sur le septième du classement Premium.

Il s'agit d'Alfa Romeo, qui a vendu 60 véhicules le mois dernier. C’est un petit exemplaire de plus qu’en septembre 2018. Pas de quoi vraiment mettre du baume au « cuore » du constructeur milanais, qui a vu ses ventes fondre en 2019, avec 421 exemplaires écoulés depuis le coup d’envoi de l’année, contre 702 un an plus tôt au cours de la même période (-40,03 %).

Antépénultième, Jaguar a traîné la patte en septembre comme depuis le début de l’année : 19 ventes seulement en septembre pour un total de 225 depuis début janvier, soit un déficit de 130 véhicules par rapport à l’année dernière au cours de la même période. La contre-performance annuelle est de l’ordre de -36,62 %.

Si elle est avant-dernière du Top 10 Premium, DS continue toutefois d’afficher une belle forme en 2019. Le représentant du luxe à la française a écoulé 16 unités le mois dernier (+6,67 %) et 139 depuis le début de l’exercice (+ 14,88 %).

Enfin, Porsche clôt ce classement et n’en finit pas de payer la suppression de l’offre Diesel de son catalogue : 111 ventes à l’issue du troisième trimestre, en repli de 22,38 % en glissement annuel, et 6 immatriculations seulement en septembre, contre 10 un an plus tôt (-40 %).

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none