Brexit : l’industrie automobile britannique retient son souffle - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Actu. internationale

Brexit : l’industrie automobile britannique retient son souffle

6 mai 2019 409 0 0 0 | By Mehdi LAABOUDI

https://www.wandaloo.com/files/2019/05/Brexit-Europe-Production-Automobile-2019.png

En cas de « hard Brexit », de divorce douloureux avec l’Union Européenne, l’industrie automobile britannique risque de déguster violemment. Au point de se retrouver sur la paille ?

Selon l’une des associations commerciales les plus influentes du Royaume-Uni, la Société des constructeurs et des négociants en automobiles (SMMT), les constructeurs fileraient pour la plupart d’entre eux à l’anglaise en cas de « hard Brexit », en cas de sortie de l’Union Européenne (UE) sans accord.

Et pour cause : L’établissement, outre-Manche, de barrières tarifaires (quasi-infranchissables en cas de séparation violente) aurait en réalité un effet désastreux sur l’attractivité de l’industrie automobile britannique, sachant que 8 voitures sur 10 produites au Royaume-Uni sont destinées à l’exportation et que la moitié l’est au sein des pays de l’UE. 

Dans un rapport qu’elle vient de rendre public, la SMMT livre différents scénarios de sortie du Brexit, allant du plus « soft » au plus « catastrophiste », au plus « thug », ce dernier étant quasiment aussi épouvantable que l’épisode de « La guerre de Cent Ans »… 

Prévue dans un premier temps le 31 mars dernier, la sortie du Royaume-Unis de l’UE a été finalement différée au 31 octobre prochain, devant l’absence de consensus autour d’un accord UE compatible dans les rangs des législateurs britanniques.

En cas de rupture à l’amiable, la SMMT évalue à 1,36 million de véhicules la production automobile domestique du Royaume-Uni en 2019. Cela représenterait 160.000 véhicules de moins qu’en 2018 (1,52 million d’unités), soit une contraction d’environ 11,5%. Ce n’est pas négligeable, mais la machine reprendrait sa marche en avant, ensuite, dès 2020 - prévision de 1,42 million de véhicules produits. Un moindre mal !

Le spectre des « Bloody Eighties »

Car, en cas de « hard Brexit », en cas de divorce avec perte et fracas, c’est une crise profonde qui menacerait la production automobile britannique. A peine 1,07 million de véhicules seraient produits en 2021, soit 450.000 unités de moins qu’en 2018 ! Le business chuterait donc de 30% en trois ans pour retrouver grosso modo le niveau qui était le sien au cours de l’une de ses périodes les moins reluisantes du tissu économique britannique, au début des années 80, époque marquée par la politique de rigueur imposée par Margaret Thatcher, a.k.a. TINA (There is no alternative). 

Au cours de cette triste époque et lors des années qui ont suivi, l’industrie auto britannique avait vu certains de ses fleurons disparaître et d’autres passer sous pavillon étranger. Cela dit, TINA avait finalement trouvé la parade en attirant au Royaume-Uni plusieurs grands constructeurs, notamment japonais. 
Par des plans de relance agressifs alléchés, Nissan implanta une usine à Sunderland en 1984 et Honda lui emboîta le pas l’année d’après à Swindon. Ces deux usines, comme d’autres, ont permis au Royaume-Uni de survivre aux crises énergétiques de 73 et 79, de reprendre du poil de la bête.  

Nissan ralentit, Honda abandonne

Aujourd’hui, ce sont ces deux mêmes usines qui trinquent le plus dans le dossier du Brexit. Peu après que Nissan ait annoncé avoir renoncé à produire le nouveau X-Trail dans son site de Sunderland, Honda a lâché une bombe encore plus dévastatrice, indiquant avoir décidé de fermer en 2021 son usine de Swindon, qui emploie actuellement 3.500 personnes. 

Alors que le « fog », le brouillard qui enveloppe le Brexit, est de plus en plus dense, s’épaissit de jour en jour, la moindre réaction ou annonce des deux constructeurs nippons, mais aussi celle des autres constructeurs implantés au Royaume-Uni, est scrutée, soigneusement analysée, disséquée, par le milieu des affaires britannique. 

Il faut dire que la situation est au plus mal. En mars 2019, la production de véhicules a chuté de 14,4% au Royaume-Uni pour plafonner à 126.195 unités. C’est un 10ème mois consécutif de baisse. La crise est bel et bien réelle. « To be continued »… 

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none