Les ventes annuelles en baisse de 19,7%... seulement en 2020 - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Marché

Les ventes annuelles en baisse de 19,7%... seulement en 2020

14 janvier 2021 930 0 0 1 | By Mehdi LAABOUDI

Torpillé par la crise sanitaire, le marché du neuf a connu un repli de 19,7% en 2020. A peine 133.308 véhicules ont été écoulés, contre 165.918 un an plus tôt. C’est la moisson la plus mollassonne depuis 2015. Mais on peut aussi voir le verre à moitié plein…

https://www.wandaloo.com/files/2021/01/Marche-Automobile-Neuve-Maroc-Decembre-2020.jpg

Au plus fort de la crise sanitaire, durant le confinement, quand les prospects des marques automobiles présentes sur notre marché étaient cloîtrés chez eux, la peur au ventre, et que le « show » avait été interrompu au sein de tous les showrooms du pays, les dirigeants locaux desdites marques auraient signé des deux mains pour une contre-performance de 19,7% seulement. Le marché enchaînait alors des volumes de ventes mensuels « claqués au sol » (-61,66% en mars, -86,32% en avril et -82,7% en mai).

Loin de verser dans le satisfecit, Adil Bennani, président de l’AIVAM ( Association des importateurs de véhicules au Maroc ) a tout de même fait noter, à l’occasion de la (visio)conférence de presse que ce collège des importateurs tient traditionnellement en début d’année pour débriefer celle lui ayant cédé la place, que le marché du neuf a fait preuve d’une belle résilience si l’on sort de l’équation le triste épisode du confinement.

Au deuxième semestre, les volumes de ventes ont atteint les niveaux enregistrés en 2019 au cours de la même période. En fait, bien des secteurs d’activité auraient signé des deux mains pour une petite relance comme celle qu’aura su aller chercher le marché automobile du neuf et pour une contraction aussi mesurée de leur business à l’issue de cette « annus horribilis » (« machi ma3youra, wallah »).

Parts de marché cumulées par marque à fin décembre 2020.

Le marché a plutôt bien résisté

N’abordons pas les exemples extrêmes, les secteurs sinistrés, exsangues, comme le tourisme, pour nous intéresser au cousin du VN (véhicule neuf), le VO (véhicule d’occasion) - la branche désargentée de la famille, en quelque sorte.

Sur fond de pandémie, de crise sanitaire, de moral des ménages en berne et de perte substantielle de pouvoir d’achat, on aurait pu penser que le VO résisterait davantage que le VN. Il n’en a rien été parce que les acteurs du VN se sont rapidement mis en ordre de bataille pour transformer process et outils dans le dessein de s’adapter à la situation sanitaire.

Selon les chiffres communiqués par l’AIVAM, les importations de VO ont dévissé de 60%, tandis que les mutations ont connu un repli de l’ordre de 30%.

Autre raison de la résilience relative du marché, de la capacité dont il a fait montre pour surmonter « Carmageddon » : le retour, en 2020, de la subvention pour le renouvellement des petits et grands taxis. Une véritable manne, qui a permis d’écouler 7.130 unités, contre 2.140 en 2019, ce qui représente une croissance de 233% !    

Au risque de se répéter, avec 133.308 véhicules écoulés en 2020, contre 165.918 un an plus tôt, ce qui représente une baisse de 19,7%, le marché a limité les dégâts. Sur un mois isolé, le dernier de l'année, en l'occurrence, la performance globale du marché a été dans le rouge, certes, sans que cela ne soit préoccupant, cependant (-2,28%). Si la situation sanitaire ne se détériore pas, les voyants pourraient basculer dans le vert en 2021.   

La comparaison ne fait pas raison, peut-être, mais un coup d’œil sur ce qui s’est passé chez nos voisins peut néanmoins se révéler être édifiant. En France, le marché du neuf (VP) a dévissé de 25,5% en 2020, avec 1,65 million de véhicules vendus, soit la perf’ la plus basse depuis 1975 ! L’Espagne, l’’Italie, ou le Portugal sont encore plus mal lotis, signant respectivement des contre-performances de 36%, 33% et 32%. Nous, «lhamdoullah» ça va !

Le marché automobile mondial a reculé pour sa part de 17%, m’objecterez-vous. Il a été « porté » essentiellement par le marché chinois (-9% seulement), soulagé en un rien de temps de la composante sanitaire.  

TOP 10 des marques généralistes

Entrons dans le détail des chiffres communiqués par l’AIVAM : le segment des voitures particulières (VP) s’est replié de 21,1%, tandis que celui des véhicules utilitaires légers (VUL) a reculé pour sa part de 7,9%. A noter que la marque DFSK, lancée en 2019 sur notre marché, s’est hissé au sommet des ventes VUL, enregistrant un taux de croissance de 65,5%.

TOP 10 des ventes automobiles par marque généraliste du 1er janvier à fin décembre 2020

Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’on reconfine (ne parlons pas de malheur), il semble gravé dans le marbre que DACIA domine le classement des ventes VP. Malgré une baisse de ses volumes de l’ordre de 17% par rapport à 2019 (36.548 unités écoulées, contre 44.228 en 2019), moins fort que celle du concert des marques, la marque « Alpha » a capté une part de marché (PDM) annuelle de 31,2%, en progrès d’1,4 point par rapport à 2019.

Avec RENAULT, qui affiche pourtant la contre-performance la plus brutale du Top 10 généralistes (14.235 immatriculations et -34%), la part de marché cumulée de la filiale marocaine du constructeur éponyme culmine même à 43,4%.

Troisième du classement, HYUNDAI a mieux performé que le marché (-15%) et améliore, ce faisant, sa PDM (7,2%, en progrès d’un demi-point), tandis que PEUGEOT, qui occupait cette dernière marche du podium l’an dernier, chute d’un rang, du fait d’une forte baisse de ses ventes (7.650 ventes, soit -29%) et d’un repli de 0,3 pt de sa PDM (à 6,2%). 

VOLKSWAGEN se maintient au même rang que l’année dernière, le cinquième, en l’occurrence, mais a néanmoins vu ses volumes reculer sensiblement (7.227 ventes, soit -25% par rapport à 2019).

Au sein de ce TOP 10 annuel, qui représente plus de 82% des ventes VP, seule OPEL, marque en phase de reconquête sur notre marché, a su tirer son épingle du jeu, avec une croissance de 47% de ses ventes (5.679 immatriculations, contre 3.874 un an plus tôt) et une progression spectaculaire de sa part de marché (4,9% vs. 2,6% en 2019), et, à la clé, une belle sixième place. La marque au Blitz avait fini aux portes de ce Top 10, à la onzième place du classement VP, en 2019.

CITROËN est septième, qui a vu ses ventes se contracter de 31%, soit autant que celles de l’antépénultième, FIAT, perdant respectivement 0,7 pt et 0,5 pt de PDM.

Dixième l’an dernier et neuvième cette année, FORD a sauvé les meubles. La marque à l’Ovale bleu a moins vendu qu’en 2019 (déflation de 9%), mais a cependant conquis de la PDM (3,1%, contre 2,7% en 2019). C’est toujours ça de pris. Par les temps qui courent, on ne saurait faire la fine bouche…

Enfin, c’est NISSAN, classée un rang plus haut en 2019, qui ferme ce Top 10 annuel, avec une contre-performance de 30% et une PDM en recul de 0,4 pt (2,7%).  

Les autres marques généralistes ont cumulé 20.986 ventes en 2020, contre 25.739 unités écoulées au terme de l'exercice précédent, ce qui représente un repli de l'ordre de 18%.

.

TOP 10 des marques Premium

Au niveau du marché du luxe, qui représente 9% du marché VP, c'est MERCEDES-BENZ qui a dominé, pour la quatrième année consécutive, le classement des ventes en 2020. La marque à l'Etoile a vu néanmoins sa PDM reculer (20,6%, contre 21,2% en 2019), conséquence de la baisse de son activité commerciale (2.163 ventes, contre 2.829 l’année dernière, soit -23,5%), supérieure à celle du sigma des marques du Top 10 premium – différentiel de 4,5 pts.

TOP 10 des ventes automobiles par marque Premium du 1er janvier à fin décembre 2020

BMW se classe deuxième, avec 2.022 ventes et une chute à peine moins abrupte (-22,2%), tandis qu’AUDI grimpe sur la troisième marche de ce podium 100% allemand (pour ne pas dire « Deutschland über alles »), avec 1.718 immatriculations, ce qui représente une décrue de -21,7% par rapport à 2019.  

C’est JEEP qui occupe le quatrième rang, avec 1.263 unités écoulées, contre 1.512 en 2019 (-16,5%). Une contre-performance moins préoccupante que celle du marché, qui lui permet de gagner un rang par rapport à l'année dernière et de gratter de la PDM. 

Avec 1.139 ventes et une baisse de ses volumes de l'ordre de 33,3% par rapport à 2019, LAND ROVER se classe cinquième. VOLVO est sixième, pour sa part (889 immatriculations et -14,6%, soit plus de 4 points au-dessus du taux d’évolution annuel moyen du marché premium), ALFA ROMEO septième (451 ventes et -20%) et JAGUAR huitième (246 unités vendues et -25,6%).

PORSCHE a franchi la ligne d’arrivée en neuvième position et se signale en étant l’unique marque du marché premium dont les ventes n’ont pas été dans le rouge à l’issue de l’année 2020 (203 immatriculations, en progrès de 35,3% par rapport à 2019).

Enfin, à quelques exemplaires près, sept, pour être plus précis, DS Automobiles, dixième, aurait pu valider sa carte de membre du club ultra-fermé des pensionnaires du Top 10 premium ayant enregistré une croissance de leurs volumes de ventes en 2020. Avec 183 ventes, contre 189 un an plus tôt, elle a raté le coche d’un rien (-3,2%).  

 

Parts de marché par marque en décembre 2020

Répartition des parts de marché par marque pour le mois de décembre 2020 au Maroc.

Ventes des marques généralistes en décembre 2020

Classement des ventes de véhicules particuliers (VP) par marque en décembre 2020 au Maroc.

Ventes des marques Premium en décembre 2020

Classement des ventes de véhicules particuliers (VP) par marque Premium en décembre 2020 au Maroc.

none

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun avis ou commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves

* Prix public au Maroc hors frais d'immatriculation et peinture métallisée

* Date de lancement «probable» sur le marché marocain

Photos

Motos neuves

* Prix de vente public au Maroc