Octobre prospère, fin d’année canon ? - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Marché

Octobre prospère, fin d’année canon ?

12 novembre 2019 646 0 0 0 | By Mehdi LAABOUDI

https://www.wandaloo.com/files/2019/11/Marche-Automobile-Maroc-Novembre-2019-AIVAM.jpg

Un petit rebond a été enregistré en octobre en termes de ventes de voitures neuves (+4,16%). C’est le deuxième mois de suite que le marché passe dans le vert. Une situation inédite cette année. Il en faudra plus pour sauver la « récolte annuelle », cela dit.

« En octobre tonnerres, vendanges prospères ». Ce dicton du « terroir » français résume bien la situation dans laquelle se trouve le marché du neuf à fin octobre. Après un début de saison cataclysmique, la « météo » est en effet plus clémente ces derniers temps.

En septembre, les ventes sont repassées dans le vert et cette tendance haussière s’est poursuivie en octobre. Du coup, au terme des dix premiers mois de l’année, le déficit en termes d’immatriculations par rapport à 2018 n’est plus aussi terrible qu’à fin août.

Après avoir enregistré un rebond de 9,16 % en septembre, le marché a connu une hausse de 4,16 % en octobre (13 821 unités écoulées, contre 13 213 en octobre 2018).

De bon augure en attendant les fameuses « llyali », les deux mois les plus importants de l’année, le sprint final, celui lors duquel les marques donnent tout, rivalisent de promos pour rendre plus flatteur leur bilan annuel.

En fin de compte, « l3am » pourrait bien être assez « zin ». Pas autant que 2018, peut-être, mais c’était couru que le marché n’enchaînerait pas des années record à l’infini. Qu’il affiche un léger recul après quatre années historiques n’a rien d’un drame. Surtout que le repli aurait pu être bien plus sérieux si les marques n’avaient pas redressé la barre ces deux derniers mois.

Du reste, les dés ne sont pas jetés. Si novembre et décembre s’avèrent être des mois encore plus exceptionnels que leurs aînés de l’année dernière, il y a moyen de limiter un maximum la casse, voire d’aller chercher un nouveau record.

Nous n’en sommes pas encore là. Au cumul, pas moins de 130 681 immatriculations ont été enregistrées, contre 141.033 en 2018. La déflation est de l’ordre de 7,34 %. C’est considérable, mais trois points ont été gagnés par rapport à la décroissance à deux « digits » qu’affichait le marché à fin août (-10,37 %).

Sans surprise, puisque c’est le cas depuis le début de l’année, c’est le segment VUL (véhicules utilitaires légers) qui fait office de locomotive du marché, avec 1.976 véhicules écoulés en octobre. La hausse s’élève à 35,71 % en glissement annuel.

Généralistes : des performances contrastées

Le segment VP enregistre lui aussi une (légère) progression avec 11.845 unités vendues, ce qui représente une croissance de 0,75 %. Depuis le début de l’année, ce sont 116.214 véhicules qui ont trouvé preneurs, contre 129.361 véhicules un an plus tôt, au cours de la même période.

Dans le détail, pas de surprise non plus en ce qui concerne la première place du Top Ten des ventes VP par marque. Malgré une régression de ses ventes de l’ordre de 5,51 % en octobre et de 11,04 % depuis le début de l’année, DACIA conserve la pole position, avec 3.518 ventes le mois dernier, un cumul de 34.823 immatriculations à fin octobre 2019 et une PDM de 29,94 %.

Le leader conserve aussi une avance très confortable sur son poursuivant et « cousin », RENAULT, qui a écoulé, pour sa part, 1.582 véhicules sur un mois (en progression de 6,75 %) et 16.926 exemplaires depuis le début de l’exercice fiscal (-6,03 %).

Derrière le duo de choc de Renault Commerce Maroc, c’est PEUGEOT qui ferme le podium avec 992 ventes en octobre, contre 6 unités de plus un an plus tôt lors du même laps de temps, ce qui n’a évidemment quasiment pas d’incidence sur sa croissance annuelle, qui s’élève à 6,25 % (8.599 immatriculations à ce stade de l’année). Le Lion gagne une place au classement par rapport à 2018

Quatrième, HYUNDAI a écoulé 8.109 véhicules depuis le 1er janvier dernier (+0,61 %), tandis que VOLKSWAGEN occupe la cinquième place avec 7.404 immatriculations, mais présente des temps de passage très en-deçà par rapport à 2018 - année qu’il avait achevée au troisième rang. Ses ventes reculent en effet de 20,48 %.

CITROËN, qui avait fini 2018 au huitième rang de ce classement, semble solidement accrochée à sa sixième place cette année, avec un cumul de 6.329 véhicules vendus, ce qui représente une poussée de 22,23 %. FIAT est septième. C’est donc le statu quo par rapport à 2018, même si les ventes enregistrent une forte régression de 31,36 %.

Comme Citroën, TOYOTA grignote deux places par rapport à l’année dernière et se retrouve huitième. Elle doit cette progression à la défaillance des marques qui l’apercevaient dans leurs rétros en 2018 plutôt qu’à ses propres performances annuelles, en recul de  10,3 % (3.806 immatriculations).

Ce sont les marques distribuées par Auto Hall, NISSAN et FORD qui occupent, dans cet ordre, les deux dernières places du classement, avec des ventes qui se rétractent respectivement de 36,44 % et de 48,67 % pour s’établir à 3.406 et à 3.079 unités vendues.

Le Premium souffre

Au niveau de l’échiquier premium, la plupart des marques connaissent une année difficile. C’est le cas du leader MERCEDES, qui présente un cumul des ventes en repli à fin octobre, avec 2.124 unités écoulées, contre 2.413 l’année dernière au cours de la même période. La déflation est de 11,98 %.

En embuscade, BMW, qui a mené la danse une bonne partie de l’année, recule moins franchement (-7,28 %), a vendu 49 véhicules de moins que son éternel concurrent à fin octobre et peut donc espérer contester son leadership jusqu’au bout de l’année.

A la peine cette année, AUDI a enregistré un total de 1.588 ventes, ce qui représente une baisse de 22,2%, tandis que LAND ROVER chute plus lourdement encore, avec un repli de 38,57 %. Avec 1.255 unités écoulées, la marque britannique dépasse d’une courte tête JEEP, cinquième du classement premium avec 1.220 immatriculations.

VOLVO est sixième et réalise, à ce stade de l’année, un exercice des plus corrects avec 725 ventes. La contraction de ses ventes annuelles est en effet beaucoup moins importante que celle du marché (-2,55 %) et, plus important encore, que celle de ses concurrents directs.

Jugez plutôt : ALFA ROMEO est septième, mais a vu ses volumes de ventes fondre comme neige au soleil en 2019, passant de 772 ventes en 2018 à 462 ventes (-40,16 %). JAGUAR traîne des pattes également, qui a enregistré 247 ventes seulement depuis le début de l’année, contre 387 un an plus tôt (-36,18 %).

Tout l’inverse de DS ! L’avant-dernier de ce classement signe la seule performance positive dans le TOP 10 des marques premium, malgré un coup de moins bien en octobre. Le représentant du luxe à la française n’est pas un gros vendeur, n’a écoulé 149 véhicules depuis le début de l’année, mais cela représente tout de même une croissance de 4,93 % par rapport aux dix premiers mois de 2018.

Enfin, c’est PORSCHE qui ferme la marche, avec 125 ventes réalisées depuis le début de l’année, soit 24 de moins qu’à fin octobre 2018. La contraction est de l’ordre de 14,97 %.  

 

 


 

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none