Financement automobile : le crédit gratuit, c'est fini ? - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Inédit

Financement automobile : le crédit gratuit, c'est fini ?

27 avril 2019 15.254 0 0 0 | By Mehdi LAABOUDI

https://www.wandaloo.com/files/2019/04/Fin-Credit-Gratuit-Maroc-2019.png

Qui veut la peau du crédit gratuit ? Pas Abdellatif Jouahri, en tout cas ! Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib fait preuve depuis quelques mois de tolérance zéro par rapport au crédit classique déguisé en crédit à taux zéro. Nuance !

Il n’empêche qu’un petit vent de panique s’est levé au sein des sociétés de financement, qui ont carrément abandonné la "LOA Auto gratuite" à partir du 1er avril 2019, mais aussi chez les importateurs automobile, qui ont vu s’enrayer ce rouage essentiel de leur business. État des lieux...

En décembre 2018, un courrier envoyé aux sociétés de financement et aux importateurs automobiles par Bank Al-Maghrib (BAM) a mis le feu aux poudres ! La Banque centrale les invitait assez vigoureusement à se conformer aux dispositions des articles 100, 101 et 102 de la loi sur la protection du consommateur. En cause : le (faux) crédit gratuit, la publicité mensongère qui faisait passer les taux d’intérêt dans la colonne « frais de dossier ». 

Oui, mais voilà ! Plutôt que de serrer la vis, de faire le ménage dans leur communication, les opérateurs visés par la « missive » de BAM préfèrent manifestement abandonner la formule décriée. 

Fin mars 2019, Aziz Cherkaoui, président de la section "Crédit à la consommation" au sein de l’Association Professionnelle des Sociétés de Financement (APSF), a effectué une sortie médiatique remarquée. Dans des propos relayés dans la presse généraliste, il a annoncé l’« euthanasie » de la LOA Auto gratuite, fixant la date du 1er avril, avant de pointer du doigt le nœud du problème. Qui est d’ordre structurel, à l’entendre.  

Aziz Cherkaoui explique en effet que la formule « crédit gratuit » n’est attrayante sur le papier et ne permet d’attirer le chaland que parce qu’il s’agit, à la base, d’une offre promotionnelle. En valeur absolue, un crédit ne peut être gratuit, car l’argent a un coût ! 

En montant des opérations « crédit gratuit » limitées dans le temps, ce sont les concessionnaires et les sociétés de crédit qui assument ce coût. Or, en installant dans la durée le « crédit gratuit », ou plutôt ce que la publicité vend comme étant le crédit gratuit, l’attractivité de ce mode de financement a été mise à mal, selon Aziz Cherkaoui. D’où la décision d’abandonner cette offre. 

Formule « euthanasiée »

« En s’attaquant aux "fake news" que véhiculent certaines sociétés de crédit, la Banque centrale a mis un grand coup de pied dans la fourmilière. Objectif : assainir le secteur, et non pas l’étouffer. Cela dit, le chiffre d’affaires des sociétés de crédit et des concessionnaires qui collaborent avec elles risque de chuter de manière sensible puisque lors de ces dernières années, c’était un peu la tête de gondole du rayon financement automobile », nous indique un analyste de la place. 

Selon lui, le mix crédit à taux zéro/LOA Auto gratuite peut peser jusqu’à 30%, voire 40% du volume total des affaires d’un importateur auto et jusqu’à 50% du chiffre d'affaire de la filière automobile d’une société de crédit. 

L’APSF et les autres acteurs économiques concernés ont tenté, en coulisse, de défendre cette part substantielle de leur bifteck, faisant pression comme ils pouvaient, à en croire les milieux autorisés. Mais en fin de compte, ils n’ont d’autre choix que de se plier aux desideratas de l’autorité financière la plus puissante du pays. 

Sinistrose en vue ?

Si le ralentissement du crédit bancaire est une des grandes psychoses de nos sociétés de consommation, il ne s’agit pas non plus de faire n’importe quoi pour maintenir le système à flot. Gouverneur de Bank Al-Maghrib depuis 2003, Abdellatif Jouahri a mené un combat de tous les instants pour faire croître le volume des crédits, sans jamais en arriver au point de prôner le « laisser faire » le plus absolu. 

Dans ce dossier, Abdellatif Jouahri sait qu’il marche sur des œufs, puisque campagne d’assainissement rime souvent avec sentiment de sinistrose dans les rangs des acteurs économiques visés. Une chose est sûre : les prochaines statistiques relatives au crédit auto seront scrutées avec encore plus d’attention que d’habitude !  Un net ralentissement de l'activité pourrait-il forcer Jouahri à faire du rétropédalage ? Affaire à suivre…

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none