La nouvelle MERCEDES Classe S 2021 arrive au Maroc - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Nouveauté Maroc

La nouvelle MERCEDES Classe S 2021 arrive au Maroc

18 février 2021 687 0 0 1 | By Mehdi LAABOUDI

Symbole par excellence du luxe automobile, la MERCEDES Classe S a une marotte : depuis l’avènement de la fondatrice de la lignée, chaque nouvel opus repousse les limites du raffinement et de la technologie. La quinzième génération, lancée récemment sur notre marché, les repousse loin, mais loin ! Découverte.  

https://www.wandaloo.com/files/2021/02/Mercedes-Benz-Classe-S-2021-Neuve-Maroc.jpg

A l’occasion de l’arrivée, sur notre marché, de la quinzième génération de la MERCEDES Classe S, Auto Nejma, importateur exclusif de la marque à l’Etoile au Maroc, a vu les choses en grand !

Des chauffeurs de maître (gants blancs, costard et casquette noirs) ont été envoyés « cueillir », au volant de la quatorzième génération, « essa7afa el watanya » aux quatre coins de Casablanca et à Mohammedia, pour la conduire là où s’est tenue la conférence de presse de lancement de sa remplaçante : une incroyable suite - privatisée, pour l’occasion, et « brandée » aux couleurs de la marque allemande - au sein d’un palace de Casablanca baigné par l’Atlantique. Un événement parfaitement raccord avec le produit !

La Classe S est un formidable véhicule d’image, une vitrine technologique, un laboratoire roulant. Mais c’est aussi un sacré véhicule de volume, avec plus de 4 millions d'exemplaires écoulés depuis le lancement de la Classe S Ponton en 1954.

Petite digression : en 1954, soit neuf ans après avoir été défaite par les forces alliées, l’Allemagne relevait la tête en remportant, en Suisse, la Coupe du monde de football après sa victoire, en finale, face à l’ogre hongrois, pourtant archi-favori. Depuis, la Manschaft s’est bâti un palmarès des plus enviables.

L’allégorie est parfaite ! En 1954, la MERCEDES Classe S Type W128 a marqué le véritable retour aux affaires de la firme – trois ans après l’apparition des 300 et 300 S Type W186 et dix-huit ans avant celle de la Type W116 (1972), première limousine de la marque à adopter officiellement la désignation « Classe S ».

Depuis, c’est une tuerie ! Vous avez assisté ou entendu parler du 7-1 infligé en 2014, en demi-finale du Mondial, par la Manschaft à la Seleção sur ses terres ? Ben c’est la même ! Chaque nouvel opus de la Classe S renvoie à leurs études les concepteurs des modèles concurrents, redéfinit les standards du segment des limousines en matière de lustre, de technologie embarquée, de sécurité passive et active, de confort...

Un peu d’histoire

Retour sur les 6 dernières générations de la Mercedes-Benz Classe S

La W116 citée plus haut a été, en 1978, soit six ans après son lancement, le premier véhicule de grande série à proposer un ABS (en option). La W126, qui l’a suppléée en 1979, est devenue, deux ans plus tard, le premier véhicule européen à avoir droit à un airbag (en option, toujours) et le premier au monde à assortir cet équipement à des ceintures à prétensionneur.

Pour sa part, la W140 (1991) a été équipée en première mondiale d’une assistance de fermeture électrique des portes et de la malle, d’un double vitrage et d’une aide au stationnement arrière. Mais c’est en 1995 qu’elle révolutionne son temps, en embarquant de série le premier ESP (respect !).

On ne va pas y passer la nuit, mais sachez que la W220 (1998) a hérité avant tout ce qui roule d’un régulateur de vitesse adaptatif agissant sur le freinage, le fameux Distronic, tandis que la W221 (2005) a lancé le règne de la batterie lithium-ion suite à l’arrivée, en 2009, dans la gamme de la S400 Hybrid. Tous les véhicules hybrides faisaient jusqu’alors appel à des batteries nickel-métal-hydrure au rapport rendement/encombrement bien moins avantageux.

On en arrive à la quatorzième génération de la Classe S (2013) et à sa caméra stéréoscopique, placée au sommet du pare-brise. Un élément clé du Magic Body Control, système permettant de scanner les 15 mètres de chaussée devant le véhicule et d’agir sur l’amortissement piloté en fonction des conditions de roulage. Ladite caméra a également permis à la Classe S de défricher des terres inexplorées en matière de conduite autonome. Le Distronic Plus de la limo’ allemande a mis à l’amende le régulateur adaptatif de ses rivales, notamment pour sa capacité à agir sur la direction, même en ville, grâce à la lecture du marquage au sol.    

La Mercedes-Benz Classe S 2021 lors de son lancement officiel au Maroc

Des racines et des ailes     

Cette quinzième génération ne déroge pas à la règle. Elle a eu droit à son lot d’innovations et montre ainsi à son tour la marche à suivre au reste de la production mondiale en matière de contenu technologique.    

Le nouvel opus dispose, en première mondiale, d’airbags frontaux pour les places arrière (celles qui comptent réellement quand il est question de ce type de véhicules).

Il peut également hériter, en option, du système inédit Digital Light. Chaque phare contient un module d'éclairage composé de trois LED dont le rendu lumineux est réfracté et redirigé par 1,3 million de micro-miroirs, pour un éclairage beaucoup plus précis.

Vous n’avez pas fini de pousser des « pschakh » ! Cette pionnière à quatre roues s’offre un système d’affichage tête haute futuriste, qui fait appel à la réalité augmentée pour le guidage. Des pictogrammes - comme des flèches de bifurcation ou des indications en rapport avec les aides à la conduite - sont projetés virtuellement sur la chaussée à une distance d’environ dix mètres du véhicule. MERCEDES annonce que la surface d’affichage correspond à un écran de 77 pouces.   

A bord, ambiance « Times Square » garantie sur les finitions les plus huppées, avec la présence de pas moins de 5 écrans !

Au rayon raffinement technologique toujours, la Classe S étrenne le système d’infodivertissement MBUX de deuxième génération. Une leçon ! La petite Classe A avait eu le privilège d’inaugurer en 2018 la première version, unanimement saluée pour sa connectivité comme pour son intuitivité. La Classe S y avait eu droit quelques mois plus tard.  

Signe de la digitalisation poussée de cette nouvelle mouture, la guerre qui y a été faite aux boutons physiques (27 de moins que sur son aînée). Le MBUX 2.0, c’est le tout-numérique ! C’est aussi des « specs » de PC Gamer : 16 Go de RAM, 320 GO de stockage SSD…

Comment ne pas s’émerveiller devant les progrès réalisés par l’assistant personnel « Hey Mercedes », devant son IA (intelligence artificielle) qui a gagné plusieurs points de QI ? Tous les occupants du véhicule peuvent désormais bénéficier de ses prestations (ceux des places arrière sont snobés sur la génération antérieure et sur tout le line-up actuel de la marque à l’Etoile). Cet assistant vocal peut, par ailleurs, s’activer sans le « Hey Mercedes » dans certains cas de figure (pour répondre au téléphone, par exemple).

Faste et furieusement high-tech

La plus « modeste » des finitions de la gamme marocaine de la nouvelle Classe S, la déjà « babylonienne » Business, donne accès à une instrumentation numérique de 12,3 pouces à effet 3D (les yeux gauche et droit du conducteur sont bombardés de différents pixels pour donner une impression de profondeur) et à un écran tactile central OLED vertical de 12,8 pouces exquis à contempler comme à manipuler..

Cette Classe S Business hérite par ailleurs d’un pack d'assistance à la conduite, d’un système de sécurité préventive Pre-Safe, de feux MULTIBEAM LED intelligents, d’un Pack Stationnement avec caméras 360 degrés, d’une suspension Airmatic, d’une sonorisation Burmester surround sound system, d’une recharge par induction à l'avant, d’un éclairage d’ambiance 64 couleurs…

Époustouflant, l\'intérieur de la Mercedes-Benz Classe S 2021

Un peu plus luxueuse, avec sa superbe sellerie en cuir Nappa, la finition Business + est surtout plus techno, à la faveur de l’adoption du système d’affichage tête haute et du Pack Air Balance (ionisateur et purificateur d’air).

Les finitions les plus huppées du catalogue marocain (Luxury et AMG Line) embarquent, pour leur part, pas moins de 5 écrans. Aux deux écrans de la planche de bord viennent s’ajouter deux écrans de 11,6 pouces chacun, disposés à l'arrière, derrière les appuie-têtes, et, enfin, un écran de 7 pouces intégré dans l'accoudoir central arrière.

La Classe S de finition Luxury s’offre en outre un deuxième chargeur sans fil, accessible aux passagers arrière, celui-là, de même que deux casques audio sans fil, et met l’accent sur le confort en faisant appel à des sièges avant et arrière climatisés, ou encore à des « Airscrafs » à l’arrière (chauffage de nuque et des épaules) et à un siège passager avant réglable électriquement depuis l’arrière.

La finition AMG Line joue, comme son nom l’indique une partition plus sportive : kit carrosserie séduisant en diable, canules d’échappement chromées, jantes en alliage AMG de 21 pouces (20 pouces pour la Luxury et 19 pouces pour les deux autres finitions), pédalier sport AMG en acier inoxydable brossé, système de freinage renforcé…  

Un chapelet d’arguments de poids

Bien entendu, la reine des limousines n’est pas qu’une vitrine technologique. Son habitacle est un savant amalgame d’ingénierie et de savoir-faire artisanal. On ne se lasse pas d’admirer les inserts en bois précieux, de s’extasier devant le travail des peaux… Un poète, vite ! Le verbe d’un simple journaliste ne saurait rendre justice à la vénusté de l’intérieur de cette Classe S.   

Côté look extérieur (il faut bien s’y coller, aucun manieur de rimes n’étant venu à la rescousse), la silhouette de la nouvelle venue n’évolue pas énormément par rapport à celle de l’aînée, à l’inverse de la proue et de la poupe. La première reçoit une calandre plus évasée qu’avant, des feux avant et arrière plus effilés, ainsi qu’un bouclier aux écopes plus larges, quand la seconde donne à voir des feux arrière affinés, là encore. A noter l’apparition, au niveau du profil du véhicule, de poignées de portes affleurantes.

 La Classe S est plus imposante qu’avant. Elle affiche 5,29 m de long dans sa version longue, la seule à être commercialisée sur notre marché. Cela représente une croissance de 3,4 cm.

Son empattement progresse pour sa part d’un peu plus de 5 cm (3,21 m, contre 3,16 m pour sa devancière). L’habitabilité progresse logiquement et c’est également le cas du volume du coffre (550 l, soit 20 de plus que la génération antérieure).

Côté look, l’évolution est douce par rapport à l'aînée. Calandre tridimensionnelle, feux avant et arrière inspirés de la CLS...

Blocs Diesel et essence nobles

Sur notre marché, cette nouvelle génération du porte-étendard de MERCEDES donne le choix entre trois motorisations. L’offre Diesel est constituée de la S 350d et de la S 400d 4 Matic, dont les six-cylindres en ligne suralimentés développent respectivement 286 ch et 330 ch.   

La S 500 4Matic essence culmine à 435 ch, mais est dominée par les deux autres en matière de couple maxi (520 Nm, contre 600 Nm pour la S 350 d et 700 Nm pour la plus puissante des variantes Diesel).

Comme leur nom l’indique, les deux S les plus puissantes ont recours à une transmission aux quatre roues. En revanche, en ce qui concerne l’autre transmission, celle qui fait partie du groupe motopropulseur, c’est menu unique : toutes les motorisations sont accouplées à la boîte automatique 9G-Tronic.  

Pour avoir accès au haut du panier de l’automobile contemporaine, il faut compter un minimum de 1.318.000 DH (hors taxe de luxe), pour la S 350 d Business. A l’autre bout de la grille tarifaire, la S 500 AMG Line dépasse de 8.000 DH le seuil des 2.000.000 DH. Happy few, à vos carnets de chèque !

none

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun avis ou commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves

* Prix public au Maroc hors frais d'immatriculation et peinture métallisée

* Date de lancement «probable» sur le marché marocain

Photos

Motos neuves

* Prix de vente public au Maroc