VOLVO et sa « société mère » GEELY se dirigent vers une fusion  - wandaloo.com

VOLVO et sa « société mère » GEELY se dirigent vers une fusion  - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Marché

VOLVO et sa « société mère » GEELY se dirigent vers une fusion 

11 février 2020 856 0 0 0 | By Mehdi LAABOUDI

https://www.wandaloo.com/files/2020/02/VOLVO-GEELY-FUSION-CONSTRUCTEURS-FINANCE-INDUSTRIE.jpg

Propriété du groupe chinois GEELY depuis 2010, mais formant néanmoins une entité distincte et indépendante jusqu’alors, VOLVO pourrait finalement fusionner avec ce dernier pour former un groupe puissant aux desseins mondiaux.

Le secteur automobile est en pleine restructuration. Après l’annonce de la fusion FCA/PSA, c’est au tour du groupe chinois GEELY d’avancer ses pions dans cette direction. Les dirigeants du groupe ont en effet dévoilé récemment leur volonté de fusionner avec VOLVO, sous pavillon GEELY depuis 2010, mais qui avait préservé son entière indépendance jusqu’à présent.

Les deux constructeurs ont passé près d’une décennie côte à côte. Cela dit, chacun a mené sa barque comme il l’entendait, avec le succès que l’on sait pour VOLVO, qui a enchaîné plusieurs années de production record et qui a franchi pour la première fois en 2019 la barre des 700.000 véhicules vendus (705.000 ventes, pour être plus précis), enregistrant un bond de 10% par rapport au record de 2018.

Pour sa part, GEELY, qui commercialise la marque éponyme en Asie du Sud-Est, mais aussi d’autres marques chinoises comme LYNK & CO (sur le Net «only»), et qui est également propriétaire du malaisien PROTON et de l’anglais LOTUS, pesait 1,5 million de véhicules en 2018.    

Sachant que la formule actuelle fait florès, qu’elle a permis à VOLVO (et à sa filiale POLESTAR), moribond quand GEELY l’a racheté à FORD, de se ragaillardir de manière spectaculaire ces dernières années, et à GEELY de profiter du savoir-faire européen, notamment lors de l’épisode du passage de témoin entre POLESTAR et LYNK & CO en WTCR, la question à plusieurs millions de dollars est inévitable : A quoi bon un tel rapprochement ?

La réponse est limpide : le groupe qui naîtrait de cette fusion « bénéficierait de la taille, de l'expertise et des ressources nécessaires pour être aux avant-postes dans la transformation en cours de l'industrie automobile », peut-on lire dans un communiqué cosigné par les deux constructeurs.

A travers cette opération, les deux parties visent une accélération des synergies techniques et financières. « La société issue de cette fusion aurait accès au marché mondial des capitaux par l’intermédiaire de Hong Kong avant de viser une cotation à Stockholm », est-il précisé dans le document cité plus haut.

Fusion clairvoyante ?

Au plan technique, il y a lieu de rappeler que VOLVO et GEELY ont déjà fait, en octobre dernier, le premier pas vers l’union, vers la mutualisation des coûts inhérents à la R&D, en fusionnant leurs activités pour la conception de nouveaux moteurs (thermiques).

Plus que la loi des rendements non proportionnels, c’est une perte d’indépendance et d’identité d’un constructeur en pleine « bourre » comme VOLVO qui est à craindre dans cette fusion.

GEELY a eu la clairvoyance de laisser les coudées franches à la firme de Göteborg jusqu’alors et ses dirigeants s’engagent noir sur blanc - dans le communiqué de presse en question - à ne pas faire preuve d’ingérence suite à la fusion.

Nous n'en sommes pas encore là. Pour l'instant, le management des deux entités en est seulement au stade des pourparlers. Et il n'est pas garanti que cette fusion aboutira. Affaire à suivre ! 

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none