La cinquième génération de l’AUDI A6 nous livre tous ses secrets ! - wandaloo.com

La cinquième génération de l’AUDI A6 nous livre tous ses secrets ! - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Nouveauté Maroc

La cinquième génération de l’AUDI A6 nous livre tous ses secrets !

21 février 2020 1.129 0 0 1 | By Mehdi LAABOUDI

L’AUDI A6 V aura pris son temps avant de débarquer chez nous. Cela ne l’a pas empêché d’y signer un départ canon ! Nous nous sommes rendus au Terminal AUDI  (Casablanca) pour percer à jour, en compagnie des « maîtres des lieux », les raisons de ce démarrage en trombe.

https://www.wandaloo.com/files/2020/02/AUDI-A6-Neuve-Maroc-Jaafar-Kettani-Terminal-Casablanca.jpg

Un petit flash-back pour démarrer : nous sommes en mai 1968. Pas à Paris, où les étudiants et les ouvriers s’embrasent, où les pavés volent et les barricades s’organisent, mais de l’autre côté du Rhin, à Ingolstadt plus précisément, où est dévoilée la première des quatre générations de l’AUDI 100. Il faudra attendre 1994 et le restylage de l’AUDI 100 quatrième du nom pour que l’A6 voie le jour, reprenne le flambeau et qu’elle égrène, à son tour, son chapelet de générations.

Après 52 ans de carrière combinée, la grande routière d’AUDI a été produite à plus de 9 millions d’exemplaires. Un score incroyable pour un véhicule aussi élitiste !    

Vous savez ce que c’est ! Parler des grandes familles (automobiles) se résume souvent à raconter les exploits, les faits d’armes, des générations passées, celles qui ont fait le lustre de ladite « maison », celles qui ont fait en sorte que cette lignée pèse, compte autant aujourd’hui !

Cet héritage considérable n’est pas le moindre des atouts de la cinquième génération de l’A6, révélée à l’occasion du salon de Genève en mars 2018, commercialisée en juin de la même année en Europe et qui n’a effectué ces débuts marocains qu’en novembre dernier. L’attente aura été longue.

Pourquoi l’A6 nous a-t-elle fait languir autant ? Comment un modèle aussi emblématique peut-il laisser aussi longtemps les coudées franches à ses non moins emblématiques rivaux allemands ? Ces questions, ainsi que d'autres (un entretien exclusif suivra), nous nous sommes rendus au Terminal AUDI pour les poser au top management local d’AUDI, à Jérôme Berthod, directeur de la marque au sein de la CAC, et à Jaafar Kettani, directeur dudit Terminal, en l'occurrence.

Et leur réponse est sans équivoque. C’est la qualité du carburant commercialisé au Maroc qui a freiné durant tout ce temps l’arrivée de la grande routière aux Anneaux ! La marque bavaroise serait plus pointilleuse que ses rivales premium en la matière. C’est pourquoi elle a longtemps refusé d’exporter au Maroc, d’y envoyer au casse-pipes (d’admission) ses modèles les plus récents, ceux qui abritent des motorisations Euro 6.

Maintenant que l’A6 s’est vu greffer, pour les marchés peu regardants en matière de normes antipollution, des blocs Diesel Euro 5 capables de siroter la « came » locale sans choper la « turista », la voie est libre pour sa commercialisation.

Toujours au top

Bien qu’elle affiche déjà un an et quelques au compteur, cette cinquième génération ne sent pas du tout la naphtaline. Elle est encore furieusement dans le vent et le restera tout au long de sa carrière ! Elle peut compter sur une liste d’atouts longue comme un jour sans pain pour tenir le choc face à des concurrentes conçues postérieurement, actuelles et à venir.   

En fait, le secret de cette nouvelle itération de la grande routière bavaroise s’inspire autant que faire se peut du porte-étendard du line-up d’AUDI, la limousine A8 !

C’est vrai au plan esthétique comme en ce qui concerne le contenu technologique. Il faut dire que les deux dérivent étroitement, comme la dernière A7 Sportback, du concept-car Prologue, présenté en 2014 !

Avec sa calandre hexagonale plus basse et plus évasée, ses épaulements plus athlétiques, son bandeau chromé faisant le lien entre les feux arrière, ou encore ses arêtes vives, taillées à la serpe, l’A6 cinquième du nom en impose.

Citons aussi son regard plus plissé, ses feux avant plus effilés et en même temps plus sophistiqués. Ils sont full LED dès le premier niveau de finition et passent à la technologie Matrix HD LED dès la finition intermédiaire.

Quand elle se pare du kit carrosserie sportif de la plus huppée des trois finitions marocaines disponibles, la « S line », qui reprend les codes cosmétiques chers aux déclinaisons S et RS, notamment au niveau des deux boucliers et des jupes latérales, cette A6 devient bestiale, mais juste ce qu’il faut, avec l’air de ne pas y toucher quand même ! La parfaite définition de la grosse berline allemande, à la croisée des chemins du monde de la course, de la « prépa’ », et de celui du luxe, de la pompe (pas à carburant ou à huile…), de la « soie ».  

Digitalisation toute !

C’est néanmoins à bord de la nouvelle A6 que les changements sont les plus manifestes par rapport à sa « daronne ». Comme l’A8 avant elle, la grande routière aux Anneaux a cédé au chant des sirènes de la digitalisation. Elle n’accueille pas moins de trois écrans et hérite d’un nouveau système d’exploitation MMI touch response !

En plus de l’instrumentation digitale de 12,3 pouces, deux écrans tactiles superposés occupent la console centrale. Celui du haut sert d’interface tactile à l’ensemble multimédia, tandis que le second, un peu plus petit, est dédié aux réglages de confort, notamment de la climatisation, et permet par ailleurs d’écrire en toutes lettres l’adresse pour la navigation. Navigation qui dispose, de série, de la cartographie Maroc, ainsi que le précise Kettani. Toutes les concurrentes ne peuvent en dire autant…

Evidemment, il est des choses auxquelles on ne touche pas à bord d‘une A6 ! Des choses de l’ordre du sacré, du dogme ! On retrouve ainsi tout ce qui a toujours fait le succès de ce modèle et des modèles d’Ingolstadt en général, à savoir une qualité perçue à donner de l’urticaire à la concurrence, des matériaux triés sur le volet, une atmosphère au pinacle du raffinement, un niveau de confort proverbial, une habitabilité de limousine, un arsenal d’aides à la conduite impressionnant…

Depuis qu\'elle a posé ses grandes roues sur le sol marocain, l\'A6 new look a connu un succès commercial appréciable !

Des blocs « Morocco friendly »

Enfin, côté mécanique, le catalogue marocain de l’AUDI A6 donne le choix entre deux motorisations Diesel aussi endurantes que plaisantes : la variante 40 TDI abrite un quatre-cylindres de deux litres de cylindrée développant 190 ch et 400 Nm, quand la version 45 TDI est animée par un bloc plus noble et plus « pêchu », un six-cylindres 3.0 l de 249 ch et 600 Nm.

Offrant des perfs de premier plan (sans qu’elles n’atteignent celles de la RS6, variante ultra sportive que les équipes du Terminal AUDI se feront un plaisir de commander si vous en formulez le souhait), il devrait faire merveilleusement bien le job, accouplé qu’il est à une boîte auto à 8 rapports et à une transmission quattro dont la réputation n’est plus à faire !

Pour sa part, le plus petit des moteurs travaille de concert avec une boîte à double embrayage à 7 rapports.    

Départ canon

Armée d’autant d’atours et d’une « beauté intérieure » aussi rayonnante, l’A6 a démarré tambour battant sa carrière sur notre marché, où elle s’affiche à partir de 519.000 DH et culmine à 769.000 DH.

Kettani nous explique à ce propos que pas moins de 117 exemplaires ont trouvé preneurs entre début novembre et la fin de l’année et que 2020 avait démarré sur le même rythme.

En même temps, une AUDI qui signe des démarrages fulgurants, ça tombe sous le sens... Le quattro dans ses oeuvres, quoi !

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none