La 3ème génération de la BMW Série 1 fait ses débuts au Maroc - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Nouveauté Maroc

La 3ème génération de la BMW Série 1 fait ses débuts au Maroc

10 octobre 2019 2.355 0 0 2 | By Mehdi LAABOUDI

L’importateur exclusif de BMW au Maroc, SMEIA, vient d’annoncer la commercialisation de la troisième génération de la compacte munichoise, la Série 1. Ce nouvel opus se montre plus pragmatique, mais conserve tout de même ce qui fait des modèles à l’hélice des voitures à part !

https://www.wandaloo.com/files/2019/10/BMW-Serie-1-2020-Neuve-Maroc-Lancement.jpg

La Série 1 troisième du nom, c’est cette jeune et belle héritière qui décide de tourner le dos aux préceptes familiaux pour mener son existence comme elle l’entend : plus de déclinaison 3 portes, plus d’architecture de propulsion et plus de six-cylindres en ligne. 
La rupture est consommée avec ses devancières, qui se sont pourtant vendues à près de 2,5 millions d’exemplaires depuis les débuts de la première génération.

Aziz Rochdi, directeur commercial de SMEIA, répond du tac-au-tac quand on lui demande s’il conçoit que les « béhémistes » purs et durs, les gardiens du temple, puissent être décontenancés par ces mutations radicales : « le constructeur a mené des études, des tests cliniques, à l’issue desquels il est apparu qu’une infime minorité des conducteurs de Série 1 savaient qu’ils conduisaient une propulsion et la différence que cela représente par rapport à une traction… Et puis vous verrez que BMW a tout mis en œuvre pour que la différence soit imperceptible au volant. On retrouve tout l’ADN BMW ! ».  

Rupture nette

La nouvelle Série 1 affiche des proportions inédites : 4,33 m de long, soit un demi-centimètre de moins qu’avant, mais surtout 1,80 m de large, ce qui représente une progression de 4 cm, et 1,45 m de haut (+1,5 cm). 

Le porte-à-faux avant a été raboté et cela rapproche la Série 1 du monospace du clan, le Série 2 Active Tourer. Cela dit, c’est surtout le X2 qui a inspiré la nouvelle venue : calandre monobloc plus large, boucliers dotés d’écopes plus évasées, plis de carrosserie plus marqués au niveau du profil, ou encore feux avant très inclinés et feux arrière plus fins.

A bord, c’est la révolution ! L’habitabilité, qui était le poste sur lequel les générations antérieures étaient le moins impériales, progresse sensiblement. C’est une conséquence directe de la disparition de la propulsion et de son corollaire, l’encombrant tunnel de transmission, qui faisait des aînées des 2+2 plutôt que des cinq places. 

Le nouvel opus surclasse aussi celui qu’il envoie filer une retraite bien méritée en termes de volume de chargement. Son coffre affiche une capacité de 380 l. Cela représente 20 l de rab.   

L’habitacle est racé, cossu et high-tech, surtout si l’on coche l’option Live Cockpit, qui donne accès à une instrumentation numérique. L’ensemble formé alors avec l’écran tactile central de 10,25 pouces (8,8 pouces de série) est du meilleur effet.

Le bond effectué en matière de technologie embarquée est conséquent. Citons l’assistant personnel à commande vocale, en mesure de gérer l’essentiel des fonctionnalités du véhicule, les commandes gestuelles, la clé virtuelle sur smartphone, mais aussi l’assistant de marche arrière, qui permet de reproduire une manœuvre  effectuée précédemment en marche avant sur les 50 derniers mètres parcourus.

Un grand cru ?

Autre équipement inédit sur la Série 1, le système ARB, étrenné par la BMW i3s électrique. Livré de série et adossé au système BMW Performance Control, il permet de limiter le patinage des roues avant à l’intérieur d’un virage afin de combattre le cauchemar de toute traction : le sous-virage. Les amateurs de drift apprécieront. Au rayon satisfaction toujours, la nouvelle Série 1 est plus légère de quelques kilos. Et elle bénéficie d’une suspension arrière multibras. 

Sous le capot, la Série 1 propose trois blocs diesels et deux variantes essence. Mais seules la 116d et la 118d, qui affichent respectivement 116 ch et 150 ch sont présentes (physiquement) pour le moment au sein des concessions marocaines de la marque.

La 120d (190 ch) et, côté essence, la 118i (140 ch) et la très sportive M135i, forte de 306 ch, équipée de série de la transmission intégrale xDrive et capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 4,8 s, sont disponibles à la commande. 

La Série 1 offre aussi le choix entre trois finitions. Sur la 116d, la boîte robotisée à double embrayage à 7 rapports est disponible de série dès le premier niveau de finition Lounge. La 118d de même finition bénéficie pour sa part d’une boîte automatique comptant un rapport supplémentaire.   

Une bonne affaire ?

On retrouve aussi, dès l’entrée de gamme, les rétroviseurs rabattables électriquement, la climatisation automatique, la caméra de recul, le système de stationnement autonome, le régulateur de vitesse avec freinage autonome, l’écran tactile de 8,8 pouces, les jantes en alliage de 16 pouces, les feux de jour et les antibrouillards à LED…

La finition intermédiaire Sport Line s’en distingue en proposant la clim bizone, les inserts intérieurs rétroéclairés, les sièges Sport, les jantes de et agressives17 pouces, le système audio à 10 haut-parleurs… Enfin, la finition haute Pack M met les autres d’accord en s’enrichissant d’un kit aéro M, de splendides sièges monobloc façon baquet, d’un toit ouvrant panoramique vitré, etc.

Il est temps de passer à la douloureuse, qui ne l’est pas tant que ça, tout compte fait : la Série 1 démarre à partir de 323.000 DH (116d Lounge), soit une déflation de 15.000 DH par rapport au tarif auquel s’affichait l’ancienne version d’appel (116d Club 1), et culmine à 414.000 DH.

» BMW Série 1 2020 - les premières infos

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none