L'OPEL Corsa ou l'alliance de la « Deutsche Qualitat » et de la « French Touch » - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Essai

L'OPEL Corsa ou l'alliance de la « Deutsche Qualitat » et de la « French Touch »

9 décembre 2019 1.586 0 0 1 | By wandaloo.com

Avec la sixième génération de sa Corsa, OPEL semble avoir coché toutes les bonnes cases : look dynamique et séduisant, habitacle moderne, bien fini et assez spacieux, technologies à la page… De quoi bousculer la concurrence !

https://www.wandaloo.com/files/2019/12/Nouvelle-OPEL-Corsa-Essai-Maroc.png

Nous sommes à Split, en Croatie, pour l'essai de la toute nouvelle OPEL Corsa, la sixième du nom. Un modèle qui revêt un intérêt particulier au sein de la firme au Blitz, puisqu’il s’agit de son best-seller, avec près de 14 millions d’exemplaires écoulés depuis les débuts de la fondatrice de la lignée en 1982.

En fait, les débuts commerciaux (en Europe) du nouvel opus de cette citadine sont également scrutés avec le plus grand intérêt par le groupe PSA, qui s’est porté acquéreur d’OPEL en 2017. La Corsa est le premier modèle développé intégralement sous la tutelle dudit groupe.

La conception de cette sixième génération avait été initiée par l’ancien bailleur de fonds, General Motors, mais le groupe français a jugé bon, une fois aux commandes, de repartir d’une feuille blanche et de la bâtir sur la plateforme CMP, celle de la Peugeot 208, entre autres.

Cette citadine de 4,06 m de long (+4 cm par rapport à la génération sortante) se démarque de ses cousines françaises esthétiquement parlant. Conserver l’ADN OPEL était un challenge pour les équipes de design. L’inspiration a été puisée chez les dernières productions de la marque, notamment la « Voiture de l’année 2016 », l’Astra, et les SUV Crossland X et Grandland X. C’est évident au niveau du profil : aileron (de requin) adossé à la vitre de custode et pavillon flottant sont au menu.

Moderne et sophistiquée

La carrosserie monocorps, « monospacisante », aura vécu. Avec son capot plus long, son pare-brise plus droit, moins incliné, et son porte-à-faux arrière raboté, réduit à sa plus simple expression, la Corsa explore un nouveau registre, celui de la citadine bicorps élégante, moderne, sophistiquée !

Sophistiquée, elle l’est un peu plus encore lorsqu’elle a droit aux feux Matrix LED (disponibles de série sur les finitions hautes). En plus d’offrir une meilleure visibilité nocturne, tout en évitant d'éblouir l’environnement, cette technologie, réservée habituellement aux modèles premium de catégorie supérieure, est l’assurance d’une signature lumineuse à faire pâlir d’envie bien des véhicules premium !

A bord, si les plus observateurs remarqueront la présence d’un pommeau de levier de vitesses identique à celui de la Peugeot 208, c’est l’influence de la compacte et des SUV mentionnés plus haut qui est la plus patente.

L’instrumentation numérique optionnelle et l’écran tactile central orienté vers le conducteur, qui affiche une diagonale de 5 pouces sur les versions d’entrée de gamme, de 7 pouces sur la finition intermédiaire et de 10 pouces sur les finitions hautes, font de l’effet. Les assemblages soignés et les matériaux de bonne facture figurent également dans la colonne des atouts, au même titre que l’ergonomie poussée et la connectivité du système d’infodivertissement.

En revanche, l’habitabilité est tout juste dans la moyenne du segment, malgré un empattement étiré de quelques centimètres par rapport à la cinquième génération. Affichant une capacité de chargement de 309 litres, le coffre de la Corsa n’a rien de phénoménal, mais se montre néanmoins plus logeable que celui de la cousine d’outre-Rhin.

Cette Corsa fait le plein en matière de technologie embarquée et bénéficie, selon les finitions, d’équipements hérités des segments supérieurs. C’est le cas des feux matriciels évoqués plus haut, mais cela vaut aussi pour le régulateur de vitesse adaptatif, ou encore pour les systèmes d'aide au maintien dans la voie et de détection des angles morts.

Agile et vaillante

Ces aides électroniques ont le bon goût de ne pas se montrer trop intrusives. Au volant, la Corsa fait apprécier sa suspension prévenante pour les lombaires, mais tout de même assez ferme pour contenir les mouvements de caisse. On ressent clairement la patte PSA, la « French Touch » en matière de confort de roulement et de tenue de route.  

Au cours de notre essai, nous avons également été agréablement surpris par la précision de la direction, par le train avant incisif, qui se place comme on le lui demande en entrée de virage. Cependant, c'est l’agilité du bloc Diesel de notre voiture d’essai, un 4-cylindres 1.5 l de 100 ch aussi vaillant que peu gourmand, qui nous a faitr la plus forte impression. Il se signale par des relances franches.

Autre point fort de cette Corsa : l’insonorisation de l’habitacle. Bien entendu, les versions essence, toutes dotées d’un 3-cylindres 1.2 l offrant 75 ch, 100 ch ou 130 ch, sont encore plus recommandables sur ce point.

Il y a de fortes chances que la version de ce bloc qui développe la puissance la plus modeste soit commercialisée sur notre marché (pour servir de faire-valoir au bloc Diesel ?).

La nouvelle Corsa est attendue au Maroc au printemps prochain. En revanche, aucune information n’a filtré concernant la version 100% électrique. Y aurons-nous droit ? Affaire à suivre !

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none