La nouvelle PEUGEOT 208 sort ses griffes sur notre marché - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Essai

La nouvelle PEUGEOT 208 sort ses griffes sur notre marché

12 novembre 2019 3.577 0 14 1 | By Mehdi LAABOUDI

Elle est l’héritière d’une longue tradition, née en 1983 avec la 205. Mais la nouvelle Peugeot 208, qui vient d’être lancée au Maroc - et qui y est fabriquée -, entend écrire sa propre légende. Elle évolue de manière spectaculaire par rapport au modèle sortant. Essai.

https://www.wandaloo.com/files/2019/11/PEUGEOT-208-CITADINE-LANCEMENT-NATIONAL.jpg

Lors de son reveal, à l’occasion de la dernière édition du salon de Genève, la deuxième génération de la Peugeot 208 avait marqué les esprits. Il faut dire qu’elle a subi une transformation radicale par rapport à sa devancière.

La nouvelle citadine française change tout, ou presque. Abaissée de 3 cm et étirée de 7 cm pour mesurer 4,05 m de long, elle affiche un look plus dynamique, plus contemporain, plus sophistiqué.

En même temps, elle a de qui tenir ! Sa face avant est fortement inspirée de celle de la 508 avec ses optiques avant à crocs lumineux, disponibles sur la finition la plus huppée seulement, l’Allure. Et c’est à la même source d’inspiration que l’on doit le bandeau noir laqué au niveau du hayon et les feux arrière 3D. A noter que le gimmick des trois griffes qu’ils donnent à voir est repris pour la première fois sur les phares avant.

Le bouclier fortement ajouré, le capot et les flancs sculptés, ou encore la lunette arrière très inclinée et les montants C creusés afin d’accueillir l’intitulé de la finition (clin d’œil à la 205 GTI), participent aussi au caractère sportif de la 208 deuxième du nom.

A bord, les changements sont encore plus spectaculaires. La finition progresse de manière remarquable. Et si le e-Cockpit, composé d’une instrumentation surélevée, d’un écran central tactile et d’un petit volant est toujours d’actualité, il est infiniment plus high-tech.

Intérieur high-tech

Le poste de conduite reçoit en effet des compteurs numériques à affichage 3D personnalisable (une exclusivité PSA), tandis que la console centrale est surplombée par un écran tactile central de 5 pouces sur la finition de base, de 7 pouces sur la finition intermédiaire et de 10,3 pouces sur la variantes la plus chic.    

Avec sa connectivité au-dessus de la moyenne (compatibilité Apple CarPlay et Android Auto et prises USB-C), mais aussi ses touches sensitives et piano (autre « largesse » de la 508), cette citadine hatchback ne manque pas de style et redéfinit les standards technologiques au sein de son segment.

Evidemment, la finition d’entrée de gamme, la bien nommée Access, affiche quelques lacunes en termes d’équipements. Elle hérite d’une climatisation manuelle, de vitres avant électriques, ou encore d’un régulateur de vitesse, mais doit se contenter de jantes en tôle de 15 pouces.

La finition intermédiaire Active est logée à meilleure enseigne. Elle a droit à des jantes plus grandes (16 pouces), mais toujours en tôle, à des vitres arrière électriques, à un système de démarrage mains libres, à une aide au stationnement arrière...

Enfin, le haut de gamme Allure n’en manque pas (d’allure), avec sa climatisation automatique, sa caméra de recul, son chargeur à induction, ses jantes en alliage de 16 pouces...

Encore plus richement dotée, la finition GT Line n’est pas proposée sur notre marché. Il faut dire qu’au niveau du segment des citadines, une 208 Allure fait déjà assez largement la course en tête en matière de raffinement technologique. 

En revanche, le bilan est moins flatteur en matière d’habitabilité. La citadine au Lion est juste dans la moyenne du segment, pénalisée par la fougue esthétique dont fait montre cette nouvelle génération.

Le coffre en pâtit également. Il perd 20 l par rapport à la génération suppléée et affiche ainsi 265 l. Sa rivale la plus frontale (est-il besoin de la citer ?), dont la cinquième génération devrait débarquer bientôt sur notre marché, peut accueillir 80 l supplémentaires.

Il y a une raison à cela : la 208 « new-look » est bâtie sur la plateforme modulaire multi-énergie CMP, variante de la base roulante e-CMP du crossover électrique DS3 Crossback E-Tense. Ainsi, les emplacements dédiés, au niveau du plancher, aux batteries de la variante 100 % électrique, la e-208, empiètent sur la capacité de chargement de la version thermique. C’est ballot !

Dessous très au-dessus

Cela dit, c’est le seul impair de cette plateforme CMP, qui se montre plus aérodynamique (soubassement lissé et apparition d’entrées d’air pilotées), plus rigide, mais aussi plus légère que la base roulante qu’elle remplace, la vieillissante PF1, apparue en 2002. Elle affiche sur la balance un gain de 30 kg par rapport à sa devancière.

L’agilité et la précision dont elle a fait preuve lors de notre essai sont peu communes dans le monde des citadines. Et quel confort ! Peugeot se montre, une fois encore, à la hauteur de sa réputation en matière de filtrage des irrégularités. Les suspensions sont souples sans que cela n’engendre du roulis.

Manipuler, triturer le petit volant à double méplat est un plaisir, d’autant que la direction est bien calibrée, légère en ville et consistante sur route, et le train avant d’une précision chirurgicale. Pas besoin d’atteindre des vitesses inavouables pour s’amuser au volant de cette citadine délurée.       

Sous le capot, la 208 deuxième du nom a droit, sur notre marché, à un 4-cylindres turbodiesel 1.5 l HDi de 92 ch et à un bloc essence, un 3-cylindres turbocompressé 1.2 l PureTech (qui a remporté deux fois, en 2015 et 2016, le prix «Moteur international de l’année»), qui offre 75 ch. Les versions de 110 ch et 130 ch de ce bloc ne sont pas commercialisées sous nos latitudes.

C’est cette motorisation essence qui est conçue au sein de l’usine PSA de Kénitra, mais c’est évidemment le 1.5 l HDi qui sera la tête de gondole au sein des showrooms de Sopriam, distributeur exclusif de Peugeot au Maroc.  

La e-208 en 2020

A l’usage, on apprécie sa sonorité maîtrisée ainsi que ses relances à bas régime, assez franches, et le bon duo qu’il forme avec la boîte manuelle à cinq rapports, qui bénéficie d’un guidage précis, mais qui aurait mérité un sixième rapport, pour abaisser la consommation sur autoroute.

Sachez, pour finir, que la variante 100 % électrique, la e-208, forte de 136 ch, viendra garnir le catalogue marocain dès l’année prochaine. 

Côté tarifs, la nouvelle 208 démarre à 123.900 DH dans sa version essence. C’est 20.000 DH de moins que le prix auquel s’affiche l’entrée de gamme Diesel.

» PEUGEOT 208 2020

Avis sur ce contenu

Ooops !

Aucun commentaire trouvé.

Vidéos

Voitures neuves au Maroc

* Prix public relatif aux versions entrée et haut de gamme

Photos

none