VW présente simultanément les Golf 8 GTI, GTD et GTE - wandaloo.com - Actualité automobile Maroc

Avant-première

VW présente simultanément les Golf 8 GTI, GTD et GTE

28 février 2020 3.751 0 0 0 | By Mehdi LAABOUDI

https://www.wandaloo.com/files/2020/02/VW-GOLF-8-GTI-GTE-GTD-2021.jpg

Quarante-quatre ans après l'avènement de la pionnière des GTI, la légendaire VOLKSWAGEN Golf I éponyme, la firme de Wolfsburg a présenté en rafale trois variantes « survitaminées » de la GOLF 8 : les GTI, GTD et GTE ! Un trio de choc !

En septembre 1975, à quelques semaines du déclenchement de la Marche Verte, bien plus au Nord, au salon de Francfort, pour être plus précis, VOLKSWAGEN changeait durablement la face de l'automobile en dévoilant la Golf I GTI !

Cette bombinette de moins de 800 kg, mue par un 1.6 l à injection de 110 ch, a donné ses (trois) lettres de noblesse à la catégorie des sportives (très) compactes ! Elle a également donné lieu à une lignée prestigieuse. Chaque génération de Golf a eu droit à sa GTI.

Quarante-quatre ans plus tard, la recette a énormément évolué. La masse de cette sprinteuse a doublé quasiment, sa puissance a explosé et de nombreuses variantes hautes performances ont vu le jour ; certaines pour capitaliser commercialement parlant sur le phénomène GTI, d’autres pour l’accentuer !

La Golf II a étrenné la GTD (le mariage du kit carrosserie de la GTI avec un moteur turbo Diesel) et a également pu compter sur le renfort d'une série limitée embarquant son bloc essence et lui adjoignant un compresseur, la rarissime G60.

Pour sa part, la Golf III VR6 a placé un V6 2.8 l (puis 2,9 l) sous son capot - au chausse-pied, malgré la compacité hors du commun de ce bloc. Elle a également eu droit aux quatre roues motrices sur la version ayant revu à la hausse sa cylindrée.

Comme elle, d'autres Golf hautes performances ont marqué leur temps. Comment ne pas citer, par exemple, le duo Golf IV/Golf V R32 et leur boîte robotisée DSG, ou encore la Golf VII GTE, variante hybride rechargeable reprenant l'esthétique de la GTI ?

Sous cet angle, bien malin qui saura distinguer la VOLKSWAGEN Golf 8 GTI de ses deux frangines, la GTE et la GTD.

Tir groupé !

C'est un pan considérable de cette riche histoire que retrace VOLKSWAGEN en levant le voile simultanément sur trois variantes énervées de sa Golf 8, qui devrait être commercialisée dans les prochains jours en Europe.

En plus de la traditionnelle GTI, la gardienne du temple, qui abrite un bloc essence atmo de 245 ch, Wolfsburg a en effet présenté la GTE deuxième du nom, qui présente la même puissance (cumulée, dans son cas), et sur la GTD, qui a droit à un TDI de 200 ch.

Un joli tir groupé, s'il en est ! Ces trois Golf bodybuildées s'offriront leur premier bain de foule dans quelques jours, à l'occasion de la 90e édition du salon de Genève. Mais la GTE n’arrivera sur le marché (européen) qu’en septembre prochain. Et il faudra attendre deux mois de plus pour la GTI et la GTE.

Esthétiquement, il faut être particulièrement physionomiste pour distinguer la GTI de ses sœurettes. La manière la plus simple est évidemment de se fier aux monogrammes respectifs, au badge de chacune, qui n’est plus disposé sur le côté, soit dit en passant, mais au beau milieu du hayon dorénavant, en contrebas du logo de Wolfsburg.   

Autrement, chacune a droit à sa propre couleur de présentation (rouge pour la GTI, blanc pour la GTE et gris pour celle qui reste). Elles affichent, surtout, des parties arrière différenciées.

La reine GTI donne à voir deux canules d’échappement rondes situées de part et d’autre de son diffuseur, tandis que la GTD hérite d’une double sortie (côté gauche) moins spectaculaire et que la GTE la joue bien plus sobre encore puisqu’elle fait logiquement l’impasse sur cet artifice du quatrième et dernier temps des moteurs à explosion.  

Le look de l’emploi !

Ce trio de choc arbore en revanche une face avant unique. Bien plus agressive que celle de la Golf 8 classique, elle est marquée par un bouclier avant très « ventilé », qui intègre un diffuseur d’air au maillage en nid d’abeilles coincée entre des feux antibrouillard LED à cinq foyers. Des éléments qui font penser aux feux avant de la PORSCHE Taycan, mais encore plus aux antibrouillards de la RENAULT Mégane 4 RS - rivale directe de la GTI, ou, à tout le moins, de la future Golf R.

Autres signes distinctifs de ce trio par rapport au reste de la gamme Golf, les étriers de freins peints en rouge, le petit becquet de hayon qui fait du bien, la garde au sol rabaissée de 15 mm (sur la GTI et la GTD seulement)… 

A bord, la présentation ne diffère pas trop de celle des versions standards. On retrouve ainsi le fameux pavé numérique, composé du combiné d’instrumentation et de l’écran tactile central, mais aussi des matériaux de qualité, une ergonomie bien pensée…

Ceci étant, la GTI et ses deux « comparses » ont droit à quelques raffinements, à quelques détails destinés à souligner leur sportivité et à rendre hommage à ses glorieuses aînées : le levier de vitesses en forme de balle de golf est ainsi de la partie - sur les version faisant fi de la transmission DSG7 -, comme l’autre gimmick fort de la fondatrice du clan, les sièges à motif tartant (l’incontournable tissu écossais). La GTI a droit à des carreaux rouges, la GTE à une variante bleue de ce tissu, quand la GTD hérite pour sa part de motifs gris.

Si leur proue est identique, ces GOLF \

La GTE fait la loi !

Faire un « review » beauté de modèles de cet acabit n’est pas une perte de temps. Mais il y a mieux à faire. Beaucoup mieux ! Ouvrir le capot et plonger le nez dedans !

La Golf 8 GTI reprend le bloc de la Golf 7 du même nom, à savoir le quatre-cylindres essence 2,0 l TSI. Légèrement retravaillé, il développe dorénavant 245 chevaux et 370 Nm, égalant ainsi la puissance et le couple maxi de la Golf 7 GTI Performance, surpassant de 15 ch celle de la GTI tout court, mais demeurant à distance respectable de la GTI CLubsport (265 ch).

Pour l’instant, VOLKSWAGEN n’a rien laissé filtré quant aux performances de la bête, mais elles devraient logiquement être du même acabit que celle de la Golf 7 GTI Performance, qui atteint, pour mémoire, une Vmax de 248 km/h et accélère de 0 à 100 km/h en 6,2 s seulement.

Si la GTE s’aligne sur la GTI en matière de puissance, elle la domine en termes de couple maximal, le sien culminant à 400 Nm et étant disponible beaucoup plus tôt. Reprenant le duo de l’ancienne GTE, soit un 1,4 l TSI essence et un moteur électrique, elle parvient à développer 41 ch et 50 Nm de plus que cette dernière. Elle devrait afficher des performances en forte hausse. La GTE première du nom exigeait 7,6 s pour passer de l’arrêt à 100 km/h. Sa remplaçante pourrait descendre sous la barre des 7 secondes.  

Le tissu écossais des sièges est l\'un des gimmicks les plus forts de la Golf I GTI ! Ses 3 nouvelles héritières y ont droit !

Des perfs en hausse

La Golf GTD fait appel elle aussi au bloc de celle qu’elle supplée, un 2.0 l litres TDI. Il a également été dopé, passe de 184 ch à 200 ch et est désormais livré de série avec la boîte à double embrayage à sept rapports DSG. Elle devrait elle aussi améliorer de manière assez sensible les chronos de la GTD sortante, créditée d’une marque de 7,4 secondes sur le 0 à 100.

On devrait en savoir plus à partir du 5 mars prochain, date d’ouverture de l’édition 2020 du salon de Genève, où la Golf 8 GTI et ses deux frangines jouiront sans nul doute d’une belle cote de popularité.

none

VOLKSWAGEN Golf - Avis des automobilistes

124 commentaires au Total

Déposer un commentaire

Vidéos

Voitures neuves

* Prix public au Maroc hors frais d'immatriculation et peinture métallisée

* Date de lancement «probable» sur le marché marocain

Photos

Motos neuves

* Prix de vente public au Maroc